ZÉRO PATIENCE – John Greyson

En ligne le samedi 14 novembre de 18h à minuit.

ZÉRO PATIENCE, 1993, John Greyson, 95min

Sir Richard Francis Burton est toujours en vie et est devenu le taxidermiste du Musée d’histoire naturelle. Il veut capturer Patient Zero pour sa « galerie de la contagion » : ce dénommé Zero serait le premier porteur du sida à avoir amené la maladie en Amérique du Nord. Le fantôme de Zero, décédé, erre dans la ville sans pouvoir entrer en contact avec sa mère ou ses amis, y compris Georges qui souffre d’un début de cécité à cause de la maladie ou du traitement médical. Au fil de ses recherches et de sa rencontre avec Zero, qu’il est le seul à voir, Burton remet en cause sa thèse du « patient zéro » et en tombe amoureux.

Réalisée en 1993, alors que l’épidémie de Sida est à son plus haut niveau, cette tragi-comédie militante queer aborde le sujet de la maladie en atteignant un équilibre rare entre drame et loufoquerie. Cette comédie musicale à petit budget s’appuie sur un scénario totalement délirant dans lequel il faut se laisser embarquer avec générosité. Déconstruction du mythe du « patient zéro », qui voudrait qu’un steward québécois à la vie sexuelle débridée ait été à l’origine de la propagation du virus en Amérique du Nord, ce film sans concession règle aussi ses comptes avec les pouvoirs publics, le Big Pharma et les médias voyeuristes, tous accusés de jouer un rôle néfaste dans la lutte contre le VIH-Sida et pour l’amélioration des conditions de vie des patients.